Page d'accueil de ARC
Accueil > Programme > Aménagement du territoire et mobilité

Aménagement du territoire et mobilité

Etat des lieux

ARC peut s'enorgueillir d'avoir atteint près de 70% des objectifs fixés en 2006 en matière d'aménagement du territoire. Le constat de finances communales déficitaires lors de sa prise de commande fin 2006 a vite fait prendre conscience à ARC que tous les aménagements et efforts espérés en terme de mobilité allaient malheureusement devoir être revus et hiérarchisés en fonction des moyens disponibles.

Le chantier du Schéma de Structure a pu être lancé après une sélection bien raisonnée d'un bureau d'études. Ce Schéma de Structure sera notre fil rouge en matière d'aménagement du territoire communal pour années à venir et permettra d'appliquer des règles consistantes et constantes lors de la soumission de nouveaux projets sur notre territoire.

Le lancement de 2 PCAs (Plan Communal d'Aménagement) pour les centres de village à Dion le Mont et Gistoux permettront de renforcer cette volonté d'avoir une stratégie de développement urbanistique sur le long terme. Ces PCAs permettront de contraindre les futurs auteurs de projet à respecter un cadre bien réfléchi et éviter ainsi un essor anarchique de nos centres de villages. Ces PCAs devront intégrer mobilité et aménagements de voiries pour plus de sécurité

ARC s’est battu pour voir aboutir certaines initiatives telles que l’entretien de notre réseau de sentiers, le renforcement de l’offre TEC aux usagers de la Commune, l’augmentation de l’offre de parkings pour vélos à proximité d’arrêts de bus, la signalisation limitant la circulation dans les chemins de remembrement, la sécurisation des abords d’écoles, le balisage des chemins et sentiers encourageant ainsi leur utilisation, etc.

Propositions 2012

  1. Il conviendra de mettre la priorité à l'achèvement du Schéma de Structure qui tiendra compte des remarques émises par la population lors de l’enquête publique; celui-ci nous indiquera alors les pistes à envisager pour garantir à Chaumont-Gistoux une vision réfléchie de son développement. Lisez nos communiqués de presse.
  2. L'important défi sera la sauvegarde du caractère semi rural de notre commune; pour cela ARC s’engage, comme il l’a fait les six dernières années, à monter au front et défendre bec et ongles notre cadre de vie. Cependant nous privilégierons l'écoute et la discussion mais resterons déterminés quant au respect des accords passés.
  3. Après ceux de Dion et Gistoux, nous lancerons 2 nouveaux PCAs pour Chaumont et Corroy-le-Grand qui ambitionneront d'organiser et protéger leur développement pour les 15 à 20 prochaines années – en tenant compte de l’avis de la population qui sera étroitement associée à la réflexion.
  4. A l'aide d'un vadémécum et de notre site internet, nous améliorerons l'information en matière de règles d'urbanisme, ceci avant tout dans le but d’éclairer la population et faciliter les contacts avec notre service Urbanisme.
  5. Déjà entamées lors de la législature qui s'achève, toutes les synergies possibles entre nos différents services communaux (Urbanisme, Travaux, Environnement et Police) seront mises en oeuvre. Avec une recherche continue de subsides, nous optimiserons les moyens disponibles.
  6. Très soucieux de l'avis de la population, ARC soutiendra la CCATM (Commission Consultative de l'Aménagement du Territoire et de la Mobilité) et encouragera l'engagement citoyen. Avec ARC, votre avis comptera.
  7. Le chantier RER impactera immanquablement nos habitudes. Nous nous assurerons dès lors que les décisions prises dans les communes voisines tiennent compte des réalités de la nôtre et nous organiserons des séances d’information afin de nous éclairer tous sur l’ampleur exacte de ce chantier énorme.
  8. Les entrées de villages doivent être sécurisées ainsi que les endroits stratégiques. Partout et quand cela sera possible, les aménagements horizontaux (effets de porte, coussins berlinois) seront privilégiés aux autres, verticaux (dos d’âne, plateaux). ARC persistera à convaincre la Région wallonne d’aménager et sécuriser l’axe routier principal de la Commune qui reste un point noir. Enfin, où cela s’avèrera nécessaire, les nouveaux lotisseurs se verront imposés l'aménagement de carrefours, pistes cyclables ou trottoirs, surtout si leurs projets sont proches de points noirs.
  9. Nous ferons respecter les garanties obtenues dans le cadre de l’extension de l’exploitation des sablières : le déplacement du Truckwash et autres installations du centre de Gistoux, l’usage d’un itinéraire alternatif vers et à partir de la sortie n° 10 de la E411...
  10. ARC restera vigilant sur les opportunités de développement des lignes TEC et étudiera la création d’un service de navettes communales. Dans la mesure de ses moyens, le covoiturage (VAP et taxistop) et un système de ‘bus à la demande’ seront stimulés.
  11. ARC s’assurera de la tant attendue finalisation correcte de la jonction cyclable entre la rue du Brocsous et LLN, relancera la Région wallonne afin de réaliser la réfection de la piste cyclable entre Gistoux et Wavre, poussera le projet de jonction entre Gistoux et LLN en passant par Corroy, fera aménager le marquage de zones protégées réservées aux usagers lents.
  12. Tout comme il l’a fait au cours de la législature qui se termine, ARC veillera à intégrer les personnes à mobilité réduite dans les projets d’infrastructure existants ou à réaliser et renforcer leur sécurité aux abords des arrêts de bus, zones de stationnement, etc.
  13. ARC s’attèlera également à faire appliquer le décret sur la circulation en forêt par une collaboration effective entre police, DNF et Commune et par l'installation par le Service Environnement d'obstacles aux entrées des bois communaux.

Vision de ARC sur le schéma de structure et le PCA

Chaumont-Gistoux peut être fier du cadre de vie offert à ses habitants. Mais de plus en plus, cet environnement exceptionnel attise les convoitises de nombreux candidats bâtisseurs, des particuliers bien sûr, mais aussi, - et la tendance se confirme - de promoteurs soucieux avant tout de rentabilité.

Les faits

Dans ce contexte, une commune telle que la nôtre doit disposer d’outils qui permettront, à moyen et à long terme, d’organiser un développement urbanistique durable. Les plus de 300 hectares de réserve foncière encore disponibles sur notre territoire doivent être bien utilisés en respectant à tout prix les aspects ruraux et l’originalité de chacun de nos villages. Sachant qu’environ 125 nouveaux habitants nous rejoignent chaque année, nous devons nous préparer à voire notre population atteindre le nombre de 15.000 habitants d’ici à 20ans (augmentation potentielle de 3.000 hab.). Ce nombre de 15.000 ne doit pas être compris comme un objectif en soi mais une limite que ARC voudrait surtout ne pas dépasser.

C’est la raison pour laquelle ARC a voulu confier à des bureaux spécialisés le soin de réaliser des études qui, après avoir fait l’inventaire des spécificités de chaque entité, dégagent des pistes de développement compatibles avec leur profil (ruralité, mobilité, densité d’habitat et de population, intérêt paysager, transports, etc) : ce sont les Schémas de Structure (SSC) et les Plans Communaux d’Aménagement (PCA).

C’est en s’appuyant sur un SSC ou des PCA que Chaumont-Gistoux pourra enfin avoir les outils de référence qui permettront d’encadrer, de recommander, voire de freiner ou même de refuser des projets de construction sur le territoire communal.

  • SSC: il s’agit d’un document d’orientation par lequel la commune définit une stratégie d’aménagement et de gestion de l’ensemble du territoire communal, pour son développement à un horizon de 15-20 ans.
  • PCA: il permet de planifier, à une échelle détaillée, l’organisation d’une partie du territoire communal, comme un centre de village. Il a la particularité d’être plus contraignant qu’un SSC, car il prévoit des prescriptions pour l’aménagement des zones bâtissables ou pour la protection des zones vertes, voire des caractéristiques techniques telles que le type de construction, l’alignement des bâtisses, la densité, etc.

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une opportunité de participation citoyenne mais aussi et surtout d’une démarche indispensable, voulue par ARC, pour éviter les traitements cas par cas sans vision d’ensemble, la subjectivité et le favoritisme, ce qui a prévalu avant 2006. Dans un cas comme dans l’autre, les résultats des enquêtes publiques seront pris en compte. Ainsi, pour le PCA de Dion-le-Mont, le bureau d’étude a été prié de revoir sa copie, certaines propositions n’étant pas réalistes, voire juridiquement peu défendables. En ce qui concerne le SSC, des clarifications doivent être apportées sur les critères pris en compte pour son établissement, par exemple, la densité d’habitat.

Que veut ARC ?

Avant tout, ARC veut faire avancer les projets de Schéma de Structure et du PCA de Dion de manière indépendante et dans les intérêts de tous et de chacun. Ensuite, lancer les projets de PCA de Gistoux et de Corroy.

  • De manière indépendante
    Au sein de la Liste ARC, personne n’a d’intérêt particulier ou professionnel dans la gestion du futur aménagement de notre commune et de Dion, Gistoux ou Corroy en particulier. Dès lors, tous les dossiers relatifs à l'aménagement du territoire et notamment les terrains appartenant à l’UCL seront défendus dans l’intérêt des habitants de Chaumont-Gistoux.
  • Dans l’intérêt général
    ARC s’engage à ne pas laisser les appétits des bâtisseurs s’aiguiser au détriment de notre commune. Il ne peut être question, en particulier, que l’UCL transforme les rues de Dion et de Vieusart en véritables nœuds routiers, qu’un développement urbanistique démesuré détruise leur caractère semi rural et mette en danger la sécurité des riverains et de leurs enfants.
    Nous avons prouvé en 2007 notre détermination dans cette matière dans "l'affaire Chaumont-le-Neuf" en nous battant contre les démarches soutenues de le Région wallonne et de l'UCL désireuses de faire modifier le Plan de secteur, sans concertation avec les autorités communales, sur 40 ha de zone agricole à Vieusart appartenant à l'UCL. Sans le travail de ARC, un projet de 400 nouveaux logements aurait vu le jour sur notre territoire.
  • Dans l’intérêt de chacun
    Au cours des enquêtes publiques organisées pour les projets de SSC et de PCA, ARC a permis à chacun (en particulier à Dion) de s’exprimer.
    ARC s’engage à tenir compte de tous les avis pour reformuler les propositions et être le reflet des attentes et des remarques de chaque habitant.

ARC et les particularités de Chaumont-Gistoux

  • Avec les axes de traversée Perwez-Wavre et Gistoux-LLN, il faut évidemment bien cadrer ce que des centres et traversées de villages deviendront, d’où la volonté de lancer au plus tôt les PCAs de Gistoux et de Corroy. Cela ne concernerait donc pas Longueville et Bonlez à un horizon de 6 ans.
  • Les différents villages de Chaumont-Gistoux font sa richesse ; il est essentiel que le caractère de leurs centres respectifs soit préservé, en garantissant une densité respectueuse du cadre existant, mais en les densifiant de manière logique afin de favoriser proximité, convivialité et mobilité. Il est toutefois hors de question de permettre des constructions massives telles qu’elles ont été autorisées entre 2000-2006.
  • Nous évaluons à 140 ha la diminution de la réserve foncière d’ici à 20 ans ; ce n’est nullement ARC qui est à la manœuvre concernant les ventes de terrain et les projets immobiliers. Par contre ARC a la volonté d’imposer aux futurs lotisseurs la prise en charge des aménagements de voirie ou d’égouttage ainsi que d’éventuelles cessions de voiries.
  • ARC désire ne pas mettre en œuvre les ZACC (Zone d’Aménagement Communal Concerté) restantes, trésors et garanties d’une pérennité de notre caractère semi rural.
  • Un faux procès a été fait à ARC concernant la densification d’habitat ; il est hors de question que la densification de logements à l’hectare puisse être supérieure à ce qu’elle est actuellement pour des périmètres précis ; si l’on se trouve en dehors d’un périmètre de PCA, il faudra respecter la densification existante et évaluer les impacts sur le voisinage direct. En conséquence, la densité moyenne actuelle de 6,7 logements à l’hectare ne sera pas dépassée à l’avenir à Chaumont-Gistoux.